Dans mes mains, mon coeur

« Depuis mes mains,
mon cœur. Posé là.
Langage tissulaire, dialogue mouvant. 
Mais qui parle sous mes doigts? 
Est-ce le murmure des anges ou les cris des démons ?

Aimer.

Quoique ce soit, 
quoi qu'il en soit, aimer.

 


Refuser la croyance. Refuser de verser dans un sens. 
Ou de prendre le contre pied. 
Aimer. 
Laisser s'entrelacer 
ce qui est, ce qui passe.
Pour laisser s'ouvrir les portes, effacer les traces.
Lever les verrous, 
rétablir les cohérences. 
Danser dans l'errance.
Aimer, 
c'est syntoniser. 
Démanteler la prison où l’absolu ne peut se rendre visible. 
En portant sur ce corps un œil paisible.
Aimer l'imprévisible. Même s'il a le visage du diable, 
illusion de l'impénétrable.
Même s'il prend appuis sur nos peurs. 
Aimer. Irrémédiablement.
Toujours j'y reviens.
Je mourrai ici dans ce lieu éternel.
Cœur. 
Il sera mon tombeau, mon éden.
J'y entends rire mes peines.
Cœur, lève ton voile.
J'ai démasqué l'étoile.

Offrir, donner l'accès.
Créer les conditions d’émergence. 
L'opportunité. 
Goûter l’émergence. 
Goûter l'immobilité.
Recommencer. 
Depuis le regard neuf,
le cœur neuf, 
l’œil intérieur neuf.
Sans mémoire et vivant du souvenir.

Cœur. 
Comment vous y conduire, comment s'y installer. 
Sans attente, sans désir, laisser ce feu brûler.
Il y est.

Mouvement de stabilité.

Côtoyer le feu et parfois les saints de glace.
Avant que tout ne s’entrelace. 
Le silence, 
le silence dans le cœur, 
le cœur du silence, L'espace.
Les jardins de l’incréé.
Où jamais nos pas n'ont résonné.
Ce silence parle, danse, pense. 
J'entends vos murmures, vos peines, 
Feu en écho tant je vous aime.
Confiez-les ici, seul l'amour rejaillit.

Le feu du cœur c'est réel, c'est édifiant cela. 
Ça guérit. Du cosmos au noyau, 
la toile de nos réseaux
Quand vos cœurs oseront parler,
témoigner des effets, 
guérison comme état de fait.

Dans vos rêves je descends, flambeau allumé
du rêve éphémère plus rien n'est à guérir
seulement aimer. 
Demandez et vous recevrez. »

Depuis l'espace de mon cœur -Extrait - Emilie Labourdette©.