L'amour ne laisse aucune place vide dans l'homme

L’amour ne laisse aucun espace vide dans l’homme. L’amour est une vibration, une dynamique animant le corps, modelant, poussant et tirant, conduisant à l’extase de la liberté d’être. Au contact de cette force, l’homme devient Réel et sort de son ignorance. L’amour déchire le voile de l’ignorance et casse l’attachement à la forme. D’une intensité quasi insoutenable, l’homme doit trouver ses appuis en lui-même et dans son corps pour arriver au bout du processus de fusion et s’extirper du cycle involutif reliée à l’expérience de l’âme, à la mort, à la peur. L’amour révèle le corps, ce temple, ce royaume, il le fait éclore, il le révèle à l’homme qui pose son regard dessus, il le rend malléable et disponible. Ainsi l’homme comprends qu’il n’est pas dans son corps mais que c’est son corps qui est en lui. Dans cette reconnaissance mutuelle, l’homme peut alors marcher vers sa liberté en devenant de plus en réel, c’est-à-dire lumineux, se détachant de tout ce qu’il a cru auparavant, notamment sur la vulnérabilité de son corps et sa nature éphémère et mortelle, ainsi que ses croyances sur la vie et l’incarnation terrestre. Il abandonne les croyances liées à sa soit-disant « condition humaine ». Rien ne peut résister à l’amour. son action revêt le manteau de la grâce, de la plénitude. Se laisser conduire dans l’amour et par l’amour requiert humilité, courage et force. Car ses chemins ne sont pas celui de la personnalité. Au yeux de l’homme ancien, il peut être une pure folie. L’amour, au-delà des concepts, au-delà de l’histoire de la personne, au-delà des croyances fait exploser l’illusion. Il est en lien avec le cœur vibral et n’appartient pas au plan des émotions, des sentiments, de le vie affective ou sexuelle. Marcher dans le sillon de l’amour et se laisser conduire par lui place l’homme dans une dynamique de vie globale, intégrale, universelle ou la confiance doit être totale, absolue. Vivre selon les lois de l’amour implique d’assumer qui on est totalement. Ne pas prévoir ou penser sa vie mais entrer dans l’intelligence de la vie. Les rêves de l’homme dominé par sa personnalité ne sont pas les rêves de l’homme qui entre dans sa lumière. L’homme-lumière n’a d’ailleurs plus de rêve pour lui même car il n’agit plus pour lui-même puisqu’il est déjà comblé. Il se laisse agir en offrant ce qu’il est, et découvre le chemin au fur et à mesure qu’il marche. Il laisse ses projets, ses créations prendre forme sous ses yeux et les découvrent au fur et à mesure. Il se réjouit et en même temps reste détaché puisqu’il puise sa complétude dans sa conscience intégrale et sa pleine présence. L’homme-lumière ne vit plus dans la dimension expérimentale de la vie mais dans la dimension créatrice, résultant de la manifestation de son énergie, nourrie par sa lumière. Avant de se stabiliser dans l’intelligence de l’esprit, l’homme sera confrontée à la réactivité de sa subjectivité, et ce sera sans cesse testé sur sa centricité. Le contexte actuel de révélations à grande échelle est un bon test....... Rien ne peut tromper l’homme nouveau, son œil voit tout car son cœur et son œil ne font qu’un. L’homme nouveau devra supporter le poids de son savoir sans céder aux courants astraux qui le testent perpétuellement. L’homme qui sait doit supporter le poids du savoir, sans se laisser happer ou décentrer par son émotivité. Il doit imposer la force de son intelligence à son ego, et revendiquer son droit à la transparence, à la clarté, au savoir intégral, afin d’avoir une visibilité totale sur l’organisation et les lois de la Vie, sans en être déstabilisé. Le processus, nommé fusion a été décrit plusieurs fois et nous sommes de plus en plus nombreux à en parler car nous le vivons... C'est notamment Sri Aurobindo qui le décrit à merveille... Il s’agit d’un retournement de la conscience, liée à la fusion des éthers. L’ancrage dans le corps par la lumière bleue initie dans l’homme se retour au cœur vibral et le conduit à la fusion. Cette lumière bleue est présente en vous… EL